Publications

Interaction et signification


La logique moderne est traversée par de nombreuses lignes de démarcation, dont aucune ne permet de mesurer l’étendue réelle du domaine. Par l’accumulation de ces oppositions duales, on atteint une sorte de saturation du débat qui fait passer au second plan l’objet pour ne retenir que les querelles de clocher et les positions dogmatiques. On connaà®t par exemple l’opposition entre classiques et intuitionnistes, qui n’est pas sans lien avec celle des formalistes et des constructivistes, ou encore la non moins célèbre distinction entre théorie des modèles, théorie de la démonstration, théorie des ensembles. Cette dernière, si elle est fondée techniquement, n’en recèle pas moins des oppositions idéologiques là o๠au fond il n’y a qu’une différence d’objet. On peut rajouter à cela les positions philosophico-méthodologiques des différents logiciens et philosophes : réalistes, anti-réalistes, vérificationnistes, subjectivistes, réductionnistes, fondationnalistes... Et cette complexité devient intenable lorsqu’on sait que ces différents niveaux de partition peuvent se combiner et créer ainsi d’innombrables nuances logico-philosophiques quasiment indiscernables. Dans cet article nous nous contenterons d’une analyse de l’objet logique, sans référence à la sociologie de la recherche ni màªme à l’idéologie scientifique qui prévaut dans telle ou telle tradition.

Référence :
Samuel Tronà§on. Interaction et signification. In Jean-Baptiste Joinet (éd). Logique, dynamique et cognition, pages 147-171. Publications de la Sorbonne, 2007.

Entrée BibTex :

@inbook{troncon-inter,
Alphabeticalkey = {Tro}, Author = {Tronà§on, Samuel}, Title = {Interaction et signification}, booktitle = {Logique, Dynamique, Cognition}, editor = {Joinet, Jean-Baptiste}, publisher= {Presses de la Sorbonne}, City = {Paris}, Year = {2007}, pages={147-171},
}

Documents joints

Samuel Tronçon - 2014